La volière
Le site qui donne la parole aux amateurs et éleveurs d'oiseaux


Le Niltava à ventre roux
Niltava sundara

Texte de Marc Bumb
Présenté par Pierre Nectoux
Elevage : Marc Bumb
©-2002 - Tous droits de reproduction réservés



Niltava mâle

Photo : Marc Bumb


Partie 2


 

ELEVAGE EN CAPTIVITE :

Il est recommandé de détenir cette espèce dans une volière bien plantée pour espérer obtenir de la reproduction.

Des arbustes aussi denses que possible, un bassin (ou un bac d'eau), un tas de compost dans un coin de la volière, voilà l'essentiel de son cadre de vie.

Par prudence, il est préférable de séparer le couple dès le début de la mue ( août ), car un partenaire prend souvent le dessus, et parfois de façon très dramatique ...

Une volière extérieure convient parfaitementà cette espèce d'oiseaux, ils ne craignent pas du tout les basses températures, ni la neige. Pour seul confort, il est recommandé d'aménager un réduit pour la nuit, abrité du vent.

Chez moi, dans le Sud-est de la France, ils occupent une 'serre-volière' ( 3 m x 7 m ), avec une extension extérieure où ils passent presque tout leur temps.

Ils deviennent très rapidement familier, et n'hésitent pas à venir quémander un ver de farine, voletant sur place pour le prendre au bout des doigts. Ces oiseaux sont sociaux et partagent l'espace avec des diamants de Bichenow, des colombes exotiques de petite taille, des Zostérops, des Yuhinas, des Minlas ...

Cependant on peut les taxer d'être de temps à autre des prédateurs…. En effet j'ai eu à déplorer des attaques mortelles sur de jeunes cailles de Chine (sujets de moins d'une semaine). Ils saisissent les poussins et les frappent pour les tuer ! ... sans pour autant avoir l'intention de les consommer.

Le bain quotidien ( ou plus si possible ...) fait partie de ses besoins, pourtant il est bien piteux au sortir de l'eau, son plumage détrempé handicapant ses déplacements ...
Pendant la couvaison la femelle attend l'eau fraîche, et s'y plonge avec empressement à chaque renouvellement.

Question chant, " son ramage n'est pas à la hauteur de son plumage" , mâle et femelle émettent des sifflements puissants et monotones, surtout au petit matin, pendant la ponte. Le mâle gazouille également discrètement dans les fourrés, bec fermé, sans ostentation. En cas d'excitation, un appel rapide " tch,tch,tch,tch, " accompagné de flexion de pattes et de hochements de la queue évoque bien le rouge-queue de nos jardins. Et s'il est intimidé, il ouvre alors un large bec, silencieusement, pour repousser l'agresseur, mais cède la place sans jamais combattre.

 

Lire page suivante


1 - 2 - 3 - 4 - 5- 6 -7

L'album de photos du Niltava sundara

 


Si vous avez des réactions, des commentaires, une expérience d'élevage concernant cet oiseau,
vos témoignages seront appréciés.

Merci de votre participation


Nous écrire


Dernière mise à jour le : 20.05.02 21:23