La volière
Le site qui donne la parole aux amateurs et éleveurs d'oiseaux

Le Niltava à ventre roux
Niltava sundara

Texte de Marc Bumb
Présenté par Pierre Nectoux
Elevage : Marc Bumb
©-2002 - Tous droits de reproduction réservés




Niltava mâle

Photo : Marc Bumb


Partie 3


 

Nourriture :

Insectivore et baccivore, il accepte volontiers une pâtée commerciale pour insectivores (j'utilise la pâtée Bévo ou Orlux), fine ou enrichie en insectes secs et baies. Cette base suffit pour l'entretien d'un oiseau seul durant l'année. Quelques insectes en supplément seront accueillis avec plaisir et serviront à l'apprivoiser. Le choix est grand, car il se régale de tout ce qui rampe et courre : vers, minis escargots, chenilles, perces-oreilles, araignées, cloportes, vers de terre, asticots et larves variées, mouches, taons, papillons de nuit exclusivement, grillons et sauterelles, blattes... la liste n'est pas exhaustive.

Pour son plus grand plaisir vous pouvez, secouer un buisson ou une touffe basse sur un parapluie retourné, et verser les captures dans la volière... suivant la taille des proies, il secoue violemment les plus grosses comme les chenilles (de ver à soie, par exemple) qui se videront alors de leur contenu digestif, ou avale tout rond, sans les préparer, les petits insectes comme les perce-oreilles ou les petits coléoptères. Ce supplément devient indispensable lorsqu'il y a des des oisillons à nourrir.

En effet, pendant les premiers jours qui suivent l'éclosion, les parents ne capturent plus que des insectes vivants et entiers pour alimenter la nichée, quatre à cinq petits becs insistant, ce qui n'est pas de tout repos pour les adultes ... ni pour l'éleveur qui doit approvisionner sans faiblir !

Il faut alors quelque fois recourir aux élevages dits 'parallèles', pratiqués par beaucoup d'éleveurs d'insectivores : vers de farine, asticots, pinkies, buffalos, vers à soie, grillons domestiques, ou à défaut s'approvisionner auprès de fournisseurs en nourriture vivante. Les oiseaux acceptent aussi la nourriture congelée, mais ils préfèrent de beaucoup les insectes vivants, et la récolte de petites bêtes sauvages doit continuer.
Distribuer de la nourriture vivante quatre fois par jour, au minimum, durant 15 jours, représente une forte contrainte pour l'éleveur, mais c'est la seule manière d'espérer l'envol de la nichée, à moins de prendre le risque de laisser sortir les parents (élevage en semi-liberté) pour qu'ils prélèvent eux-même la ration de nourrissage. Encore faut-il qu'ils soient les seuls occupants de la volière... et que l'environnement soit adapté (absence totale de chats, rapaces ou autres prédateurs)

Les Niltavas consomment également des petites baies ( piracantha, viorne, lierre, cotoneaster, groseille, mûre, sureau , grenade, raisin...) ainsi que de la pomme douce, de la poire, de la banane ... Par contre, je ne les ai jamais vu se nourrir de graines fines ou grasses, ni de verdure.

 

Lire page suivante


1 - 2 - 3 - 4 - 5- 6 -7

L'album de photos du Niltava sundara


 


Si vous avez des réactions, des commentaires, une expérience d'élevage concernant cet oiseau,
vos témoignages seront appréciés.

Merci de votre participation


Nous écrire


Dernière mise à jour le : 20.05.02 21:24