" Le site qui donne la parole aux éleveurs et amateurs d'oiseaux "


Ma volière


Pinson à couronne grise


Coryphospingus pileatus



Photos et élevage Suzy Liebaert


C'est un petit oiseau de 13 à 14 cm que l'on trouve généralement
en Amérique du Sud, exception faite au Pérou et au Chili. On en trouve maintenant au Venezuela, mais à ma connaissance, l'exportation de cet oiseau est réglementé, voire interdit.

Le mâle a une huppe érectile, rouge vermillon.
Cette huppe attire les insectes qui s'approchent sans méfiance des oiseaux
qui sont souvent au sol dans les buissons pour chercher leur nourriture,

Dans la nature ils nourrissent de graminées diverses et d'insectes.

En volière, ils apprécient un mélange de graines composé de graines pour oiseaux exotiques, additionnéd'un tiers de mélange pour chardonneret,

Ils mangent également de la pâtée pour insectivores, des insectes tels que
les vers de farine, les buffalos, les pinkies, les œufs de fourmis,
et ne dédaignent pas les fruits frais.

En volière extérieure, et bien entendu dans la nature, c'est un oiseau qui aime bien fourrager au sol pour glaner sa pitance.

En général, il préfère construire son nid près d'un point d'eau.

 




Photos et élevage Suzy Liebaert


Ici, on voit l'oiseau sans que la huppe rouge soit érigée et visible,

La femelle est plus beige que grise, d'aspect légèrement plus clair que le mâle,
et ne possède pas de huppe,


 



Photos et élevage Suzy Liebaert


La femelle, plus beige,sans huppe.

Le ventre, que l'on ne distingue pas très bien ici est légèrement jaune très pâle


 


Ce couple bagué, donc né en captivité, vivait paisiblement en cage.

Il a été acquit en octobre 2002, a vécu en cage tout l'hiver, puis a été mis en volière extérieure à la mi mai.

Au moment de la mise en volière, Il n'y avait eu aucun problème avec les autres oiseaux, d'espèces différentes.

Mais au bout de 15 jours, sous œil attentif du mâle, la femelle a construit un nid, style coupe, au milieu d'un buisson touffu de bambou,

Le nid a été confectionné avec de la paille, de très petites brindilles,
des feuilles séchées.

Le nid est très dense et très compact, et bien caché dans les feuillages.

Pendant que la femelle construisait le nid, le mâle, posté à quelques cinquante centimètres de l'emplacement du nid, commençait à monter la garde et s'attaquait violemment à tout oiseau qui s'approchait à une distance de moins d'un mètre,

Je crois bien que c'est pour cela qu'un bouvreuil à longue queue
a perdu un œil.

Deux jours après le début de construction du nid, j'ai introduit dans la grande volière un couple de cordon bleu cyanocéphale - Cape bleue -, ainsi qu'un mâle célibataire de la même espèce,

C'était sans compter sur l'agressivité féroce du mâle Pinson à couronne grise.

Il s'est immédiatement attaqué au pauvre petit mâle Cordon Bleu célibataire.

Et quand je dis " attaqué", c'est vraiment une attaque en règle, au point que j'ai du séparer les belligérants à coups de jets d'eau,

Répit pour quelques instant, et la guerre a repris de plus belle,

Le pauvre cordon bleu se cachait du mieux qu'il pouvait, mais l'autre n'avait aucune pitié, et aller le déloger, à coups de bec assassins, de la moindre petite cachette bien dissimulée,

Je n'arrivais à attraper aucun des deux oiseaux, à cause de la rapidité du vol, mais aussi des nombreux buissons, et arbustes, obstacles naturels à la moindre épuisette.

A un moment, je n'ai plus retrouvé le Cordon bleu, certaine qu'il avait été tué.

Le Pinson à couronne grise s'est alors attaqué avec la même détermination et la même violence au petit coupe de Cordon bleu,

Heureusement, les oiseaux peuvent entrer, par une petite ouverture, dans la cabane, et se trouvent ainsi dans une volière plus accessible.

Dans leur fuite pour la vie, le petit couple de Cordon Bleu, croyant échapper à l'agresseur, se sont précipités dans la cabane, évidemment immédiatement suivis par leur assassin.

Mais l'attaquant a été pris au piège : d'un geste rapide j'ai tiré sur la ficelle, à l'extérieur de la volière, pour fermer les clapets des ouvertures.

Le Coryphospingus pileatus continuait d'assaillir les deux oiseaux, le bec ouvert, menaçant et terriblement précis.

En deux coups d'épuisette, j'ai attrapé les deux pauvres Cordon Bleu qui sont allés se remettre de leurs émotions dans une autre volière.

A la tombée de la nuit, j'ai découvert le Cordon Bleu célibataire, qui lui
aussi s'était réfugié dans la volière de la cabane, et qui d'un coup d'épuisette, a retrouvé sa cage délaissée le matin même, dans l'attente d'une petite femelle annoncée.

Voilà le commencement de l'histoire du début d'une nichée qui s'avère prometteuse en événements difficiles.

A suivre donc



Une petite vidéo du mâle Coryphospingus pileatus

 

à suivre...

 


Il me serait agréable d'avoir ici vos réactions, conseils et commentaires

Je vous en remercie

Nous écrire



Dernière mise à jour le : 31.05.03 17:31