La volière
" Le site qui donne la parole aux éleveurs et amateurs d'oiseaux "



Craquotte


Un perroquet Gris du Gabon

Voilà la cage et le perroquet dans la voiture, direction la maison !

Le voyage se passe bien : le perroquet n'est pas effrayé.

Mon amie Fran lui parle toujours doucement, il écoute, elle passe son doigt à travers les barreaux de la cage : il n'a pas peur, il ne mort pas, il ne crie pas.

En fait il a l'air paisible et même assez content. Presque rassuré, semble-t-il.

Et maitenant, me dites pas que les animaux, et les oiseaux particulièrement, ne ressentent pas les ondes positives ou négatives !

Arrivés à la maison, il faut d'abord trouver l'emplacement de la cage.

Comme c'est un oiseau qui a été abandonné, et puisque les perroquets sont des êtres sensibles et intelligents, il n'est pas question de le reléguer tout seul dans une pièce .

Pas question, non plus, qu'il se sente abandonné une nouvelle fois.

Donc nous lui faisons une place au bout de la table, près de nous pour le repas du soir.

La demoiselle, puisqu'il paraît que c'est une femelle, a donc passé le repas avec nous.

Elle est adorable, elle aime se faire caresser ; a un don d'imitation extra ; siffle, danse quand on lui siffle un air, aime la musique mexicaine, appelle quand on s'en va : " Alllooooo".

Elle imite le bruit de l'eau dès qu'on rempli un verre, ce qui nous a fait éclater de rire la première fois : alors elle a aussi éclaté de rire et ricané.. Comme les rires des fantômes dans les attractions d'Euro Dysney.

Elle aime le pain, les pommes, les carottes, mais ce qu'elle aime plus que tout : les spaghetti !

Comme j'ai trois chiens, pour ne pas faire de jaloux, j'ai aussi donné des spaghetti aux chiens : vous auriez vu la tête de Craquotte (puisque depuis hier elle s'appelle Craquotte") Et moi alors ?? j'en veux encore.

Pendant le repas, la demoiselle qui croquait de croûtes de pain m'a soufflé son nouveau non : Craquotte.

A la fin du repas, Dame Craquotte tombait de sommeil, ses paupières se fermaient...

J'ai couvert la cage d'un grand drap de bain pour que Craquotte n'ait pas froid : elle n'a presque plus de plumes !

Nous sommes donc allés nous coucher.

Ce matin, j'ai réveillé Craquotte qui a pris son temps pour tendre ses ailes, étirer ses pattes, boire longuement avant de me dire " Alloooo".

"Bonjour Craquotte, et bienvenue dans ta nouvelle maison.

Ne t'inquiète pas, nous allons t'offrir une nouvelle vie !

Tu sais, pour les humains comme pour les animaux, il y a des périodes difficiles. mais il ne faut jamais désespérer.

Nous aimons, nous sommes aimés, nous aimerions que cela dure toujours, et puis…

La vie a ses aléas...

Je ne connais pas ton histoire Craquotte, je ne sais même pas ton vrai nom.

Je suis désolée. Mais si tu es d'accord, nous allons reconstruire ensemble.

Cela ne sera pas toujours facile : tu auras tes secrets, tes souvenirs pour toi, tes anciennes peines et tes joies passées.

Nous allons prendre notre temps, apprendre à nous connaître, nous respecter et nous aimer.

Tu auras à manger, à boire, des caresses, des paroles tendres.

Nous allons recréer des complicités, des jeux, et partager de nouvelles joies.

Et puis, tout doucement, tu reprendras confiance en la vie.

T u laisseras alors repousser tes plumes, pour redevenir belle, heureuse et équilbrée.

Un jour tu repenseras à ton passé comme une étape incontournable, tu oublieras un peu tes peines, ton chagin et et ton désarroi, tu vivras tranquille, heureuse et aimée.

Tu nous aimeras aussi : la vie est un perpetuel échange : on donne et on reçoit, chaque jour."

Voilà, ce que j'ai dit à Craquotte en ce premier matin, en lui parlant doucement.

Elle m'a écoutée, a posé doucement sa patte sur le doigt que j'entrais doucement dans la cage à travers les barreaux.

Je l'ai caressée, et elle s'est laissé faire. Mieux : elle s'est frottée doucement contre mon doigt, la tête penchée, en toute confiance.

Puis je lui ai renouvelé ses graines, son eau de boisson ; lui ai donné de la pomme fraîche et un morceau de carotte.

Ensuite, j'ai quitté la salle à manger pour aller à la cuisine préparer le café.

Alors j'ai entendu "ma"Craquotte dire à haute voix :
" Allooooo ".

Je suis revenue, je lui ai dit " Alloooo Craquotte ! ".

Elle m'a regardée longuement, et même si les perroquets ne sourient pas, je l'ai " entendu " sourire d'aise.

Et elle s'est mise à manger la carotte en la prenant dans sa patte droite.

Je n'ai pu m'empêcher de penser : "Tiens, elle est droitière ".

Une nouvelle aventure commençait pour nous deux, et j'étais responsable d'une nouvelle vie, du nouveau bonheur d'un être vivant.

Mon mari a l'habitude de dire, en parlant de moi : " Tous les fous ne sont pas enfermés" ..

Je crois qu'il a raison…

Dans la journée, j'ai parlé souvent à, et avec Craquotte.

Cependant, comme j'ai du m'absenter deux heures pour aller faire des courses, Craquotte en a profité pour s'arracher une dizaine de plumes..

Quand je suis avec elle, ou pas loin d'elle, elle ne s'arrache aucune plume !

Il va en falloir de la patience, de la tendresse et de l'amour pour que Craquotte comprenne qu'elle n'est plus seule ni abandonnée !

Mais je ne désespère pas d'arriver à lui faire oublier un mauvais moment de son histoire.

Nous avons la vie devant nous !

J'ai la certitude que Craquotte a été heureuse : elle n'est pas sauvage, elle a appris beaucoup de choses, et elle aime la tendresse.

Je suis certaine que Craquotte porte en elle la capacité du Bonheur !

Donc tout n'est pas perdu : nous avons la vie devant nous.


PS : si vous avez des renseignements, des conseils sur les Perroquets gris du Gabon, merci de me les communiquer


Suzy



Craquotte

Son histoire : Pages 1 - 2

Son journal : Pages 1 - 2 - 3 - 4 - 5

Son album photos: Pages 1 - 2

Les amis de Craquotte : 1



Si vous avez des récits sur les oiseaux , et sur les perroquets en particulier, nous serions ravis de les publier.

Merci d'avance.

Nous écrire


Dernière mise à jour le : 29.06.02 12:14