La volière
" Le site qui donne la parole aux éleveurs et amateurs d'oiseaux "


Un oiseau envolé


 
Photo et élevage Suzy Liebaert®

Miss Bouvreuil pivoine visite le jardin

 

Un jour de décembre 2002, quelque part en Belgique.

 

Ce matin, comme il a gelé cette nuit, je suis allée voir de bonne heure mes oiseaux installés en volières extérieures.

J'ai un superbe couple de Bouvreuils Pivoine : la femelle est grise, une vraie boule de plumes, et le mâle d'un très beau rose soutenu, lui aussi une grosse boule de plumes.

Mais ce matin Monsieur Pivoine est plus ébouriffé que d'habitude, et cela ne me semble pas normal.

Je m'arme d'une épuisette pour attraper cet oiseau, ouvre la porte de la volière, et bien entendu la femelle s'envole !

N'oublions pas je j'habite en plein bois.

Je jure : "Mer.............."

Il faut dire que j'ai déjà perdu pas mal d'oiseaux et que cette belle femelle est baguée, née en captivité donc, et pas sauvage du tout.

Sur la terrasse devant les volières, il y a quelques arbustes en pot, et Miss Pivoine est là par terre .

Comme j'ai en main Monsieur Pivoine malade, je cours le porter dans une cage à l'intérieur, et reviens avec une épuisette à long manche.

Mais Miss Pivoine n'est plus là, évidemment.

Je râle contre moi, et je m'en veux.

Sans trop d'espoir, j'ouvre la grande porte latérale de la volière à Bouvreuils, celle qui me sert pour faire les grands nettoyages.

Je guette, je scrute, je gèle dehors : point de Miss Pivoine

J'en profite pour observer un rouge-gorge affamé qui se gave de la pâtée et des insectes posés sur le muret ; je me régale du manège de trois petites mésanges ; j'observe un oiseau inconnu de moi ; je prends aussi en photo une belle merlette qui, elle aussi, à faim.

Il fait froid ce matin, mais le soleil brille et le ciel est bleu.

Toujours pas de Miss Pivoine.

Glacée, je décide de rentrer à la maison pour m'occuper des oiseaux qui sont dans les cages à l'intérieur.

Deux heures après, je vais dans la chambre, car de là je peux mieux voir ce qui se passe sur la terrasse.

Miss Pivoine est là !

Miss Pivoine essaie d'entrer dans la grande volière : elle se cogne aux vitres de la chambre, se promène de long en large sur la terrasse, et regarde sa cage.

Tout à coup, elle voit la grande porte ouverte : Hop, d'un bon la voici sur le bord de la porte.

Il me faut encore ouvrir la porte fenêtre de la chambre, sortir sur la terrasse et fermer la porte de la volière...

Tout ce qu'il faut pour que Miss Pivoine ressorte... et s'envole de nouveau !

J'ouvre donc sans bruit la porte de la chambre :

La Miss ne bouge pas, toujours à la limite de sortir de nouveau ou .......d'entrer !

Je suis comme un chat à l'affût de sa proie : le regard vrillé sur l'oiseau, les gestes lents mais précis, je retiens mon souffle et je prie qu'un de mes chiens n'arrive pas..

Je me glisse sur la terrasse ...

Miss Pivoine a peur, elle s'envole....... tout au fond de sa cage !

"GAGNÉ !"

Miss Pivoine est rentrée chez elle après presque deux heures de liberté non autorisées.

Mais la liberté n'est-ce pas aussi celle de pouvoir manger à sa faim, avoir de la bonne pâtée, des insectes, du nectar, de la pomme et cela tous les jours et en toute saison ?

Miss Pivoine a refusé la liberté de mourir de faim, de froid ou de celle d'être dévorée, la nuit, par le grand vilain Hibou.

Miss Pivoine a choisi "SA" liberté à elle.

Une belle histoire, non ? ....... qui finit bien !!!

 


Si vous avez des récits sur les oiseaux, nous serions ravis de les publier.

Merci d'avance.

Nous écrire



Dernière mise à jour le : 10.12.02 14:34