La volière


Un couple amoureux

 


Pepita borgne


Le mâle


 

J'ai un couple de diamant de Heck dont la femelle qui avait une blessure à l'œil.

Elle vivait en volière extérieure en parfait amour avec son mâle : ces deux oiseaux n'étaient jamais bien loin de l'autre.

La femelle, que nous appellerons " Pepita " avait été blessée à l'œil il y a quelques mois, mais vit très bien avec son handicap : elle est borgne.

Cependant, quelques mois après la blessure initiale, et surtout après trois semaines d'absence de chez moi, en rentrant j'ai tout de suite remarqué qu'elle avait un abcès sur l'œil malade.

Après bien des péripéties, épuisette dans la main, j'ai fini par pouvoir attraper Pepita (la volière est grande, surtout très hautes, et il y a une cinquantaine d'oiseaux qui y vivent, en harmonie).

Pour un abcès, c'était un abcès ! A peu près le volume de deux petits pois l'un sur l'autre.

Je vous passe les détails des soins de première urgence. Ce qu'il faut savoir, c'est que sa blessure demandait des soins réguliers, trois à quatre fois par jour.

Comme je devais encore m'absenter pour une semaine, j'ai décidé d'emmener Pepita avec moi.

Je suis donc restée une semaine partie, et j'ai soigné Pepita avec succès puisque son abcès est presque résorbé, et la tête de ce petit oiseau n'est plus gonflée.

Ce qui m'a laissé pensé que l'oiseau allait mieux, c'est que, au bout du sixième jour, le matin elle a commencé à piailler, et surtout elle appelait son mâle d'un long cri aigu et langoureux : signe évident d'une guérison annoncée.

Je suis rentrée chez moi le soir même, avec Pepita dans sa cage.

Le lendemain matin, j'ai profité d'une éclaircie du temps pour aller voir un peu ce qu'il se passait dans la volière extérieure, et bien entendu je cherchais le compagnon solitaire de ma belle.

J'ai fini par le trouver, seul sur un perchoir, en boule, immobile… Mauvais signe.

Mais comme je savais que depuis un an mes deux amoureux ne se quittaient pas,, qu'ils avaient même à deux reprises, malgré la blessure de Madame essayé de faire un nid… J'ai tenté une expérience

J'ai sorti la cage avec Pepita sur la terrasse, devant la grande volière.

Dès qu'elle a entendu et vu les oiseaux de la volière, elle a poussé de petits cris plaintifs... A la seconde même, mais vraiment presque au tout premier cri, le mâle s'est retourné pour chercher d'où venait l'appel de sa belle.

Il était fou, voletant partout, ayant tout de suite repéré la cage de sa belle, et elle, la Madame, repéré son compagnon.

Il n'était plus en boule.

J'ai alors mis la cage de Madame dans la volière, et aménagé un perchoir devant la cage pour qu'ils puissent se voir et se parler.

Tout d'abord, ce furent mes zosterops, ces adorables petits oiseaux, curieux et malins, qui sont venus aux nouvelles, allant jusqu'à s'agripper aux barreaux de la cage.

Puis ce fut la visite amicale du couple de grenadin pourpre.

Et enfin, notre mâle, nerveux mais heureux.

La belle était elle aussi nerveuse et bruyante.

Ils se sont fait des bisous à travers les barreaux, puis le mâle a commencé une parade amoureuse sur le perchoir installé pour lui, devant la cage de sa Belle.

J'étais émue, et triste de les voir ainsi séparés.

Je vous ferai grâce de l'heure entière pendant laquelle mon mari et moi, épuisettes dans toutes les mains, avons passée dans la grande volière pour attraper le mâle solitaire et amoureux.

Mais nous y sommes arrivés !

Donc les deux amoureux sont maintenant ensemble. Par respect pour leur vie privée, je ne vous raconterai tout ce qu'ils se sont dits, chuchoté à l'oreille.

Maintenant, ils sont côte à côte, serrés l'un contre l'autre : lui n'est plus en boule, elle au contraire à gonflé ses plumes et parait plus grosse, plus jolie.

Je crois qu'ils sont heureux, qu'elle va avoir encore plus de raison de guérir vite.

Tant qu'à faire je leur ai mis un nid et de la charpie.. Des fois qu'ils auraient envie de faire des gros câlins après une aussi longue et douloureuse séparation.

Suite …

Le lendemain matin, je rentre sur la pointe des pieds dans la pièces où se trouve leur cage, et d'autres cages aussi.

Tous les oiseaux étaient éveillés, en train de manger ou de voleter.

Mes deux amoureux, eux, se faisaient une grasse matinée, tendrement blottis l'un contre l'autre, la tête du mâle sur le cou de la femelle qui dormait tranquillement.

Voilà, les oiseaux aussi peuvent s'aimer et souffrir de l'absence de l'Autre.



Si vous avez des récits sur les oiseaux ,
nous serions ravis de les publier.

Merci d'avance.


Nous écrire



Dernière mise à jour le : 12.08.02 22:18